SOS ! Mon ado ne jure plus que par ses copains !

Depuis quelques mois ou années, vous avez l’impression que votre ado vous échappe ? Que ses copains prennent une place de plus en plus importante dans son cœur et dans son emploi du temps ? Rassurez-vous, c’est normal, voire essentiel ! Eh oui, ce passage est indispensable à sa bonne construction identitaire et l’aide à devenir un adulte équilibré capable d’entretenir avec les autres des liens sociaux sains et bénéfiques. Explications sur la relation entre votre ado et ses copains.

L’amitié entre ados : un passage obligé pour se construire socialement

L’adolescence est un moment charnière dans la vie de votre enfant. Il y a un Avant : le monde doux de l’enfance où vous étiez son référent. Et un Après : le monde des adultes où ses amis prennent le relais.

Être aimé par d’autres personnes que ces parents : indispensable

Durant ses premières années (et quelles que soient les circonstances), l’enfant est bercé par une certitude : ces parents l’aiment d’un amour inconditionnel, inébranlable et infaillible. Il grandit ainsi et commence à se construire.

Puis vient un beau jour où cela ne suffit plus : vers 10 – 11 ans, une question le taraude : peut-il être accepté et aimé par d’autres ? Pendant plusieurs années, il n’aura de cesse de rechercher la réponse à cette interrogation inconsciente et d’obtenir l’approbation de quelqu’un d’extérieur à son cercle familial. 

Cela peut expliquer pourquoi votre avis, en tant que parent, compte bien moins que celui de ses amis, de ses pairs. N’en prenez pas ombrage ! C’est tout à fait normal et légitime aux yeux de votre ado.

S’intégrer dans un groupe : primordial

En tant qu’Homme, notre nature nous pousse quotidiennement, instant après instant, à être accepté dans un groupe social. Et pour cause, pour notre cerveau reptilien, l’isolement, le rejet n’a qu’une conséquence : la mort. Le groupe nous protège donc et nous rend forts. L’adolescent le sent lui aussi. Par conséquent, il est crucial pour lui de trouver un groupe où s’intégrer.

Mais cela va plus loin : dans sa bande de potes, les lois de la vie sociale telles que nous les connaissons nous-mêmes s’appliquent également. Ainsi, votre ado va pouvoir « expérimenter sur le terrain » ce qui l’attend plus tard dans le monde des adultes. Dans son groupe, chacun a son propre statut, sa place. Alors comme va se positionner votre cher bambin ? Plutôt leader, populaire, comique de service ? Ce statut est essentiel pour l’adolescent, car il peut avoir de réelles conséquences dans sa vie d’adulte.

L’ado et ses copains : des pairs pour se construire une nouvelle identité

Lorsqu’il entre dans l’adolescence, l’ado est confronté à de multiples changements, à la fois physiques, affectifs et cognitifs. Il remet tout en question, et surtout ce que ses parents lui ont appris (valeurs, attitudes, façons de penser). Non par défi, mais pour se créer une identité à part entière. Et pour valider cette transformation, rien de mieux que l’approbation de ses amis !

Étape 1 : la pratique excessive de mimétisme

Parce qu’ils se comprennent entre eux (après tout, ils traversent les mêmes épreuves, les mêmes doutes), les adolescents d’une bande vont avoir tendance à adopter des attitudes identiques, un style vestimentaire et un mode de pensée unique. 

Ce mimétisme est tout à fait normal et a deux finalités. Il permet ainsi à votre enfant de :

  • découvrir les traits principaux de sa personnalité ;
  • se glisser dans les différents rôles de l’organisation sociale tout en s’assurant le soutien de ses amis.

Mais ce n’est que le début, rassurez-vous ! Être clone de ses copains n’est pas le but ultime de votre ado.

Étape 2 : les expérimentations relationnelles 

Dans un même groupe, les amitiés se font et se défont intensément, mais rapidement. Les trahisons et les ruptures, tout comme les amitiés fusionnelles sont violentes émotionnellement, à la hauteur du tourbillon des hormones. 

Mais ces expériences relationnelles ont un objectif : elles permettent à l’adolescent de choisir avec plus d’objectivité les personnes qu’il veut avoir autour de lui. Il apprend ainsi qui a une bonne ou une mauvaise influence sur lui, ses pensées et ses actes. Ce n’est pas simple et il peut lui arriver d’être perdu, mais cette leçon finit toujours par porter ses fruits… à condition que ce soit lui qui fasse ses propres choix !

Étape 3 : la découverte de soi

Tous les ados accordent une importance primordiale à leur popularité, même les plus timides. Mais attention, être populaire n’est pas forcément synonyme d’être la fille la plus canon ou le mec le plus costaud de sa classe ! Il s’agit tout simplement de se démarquer des autres. 

Pour certains, cela passera par un sens de l’humour aiguisé, pour d’autres, par l’intelligence et d’excellents résultats scolaires. Certains privilégieront le sport quand d’autres préféreront l’agressivité. Petit à petit, l’adolescent s’affirme selon ce critère. Et si vous y prêtez attention, vous pourrez déjà distinguer quel jeune adulte il va devenir.

À lire : Et si vous vous glissiez dans la peau de votre ado ?

Et les parents dans tout ça ?

Pas facile pour un parent de voir son petit quitter le nid ! Certains vivent d’ailleurs très douloureusement cette période si particulière de l’adolescence et cette distance qui se crée entre leur chère tête blonde et eux. S’il avait besoin de vous pour se sentir aimé, protégé et guidé, aujourd’hui votre ado a toujours besoin de vous. Mais c’est un nouveau rôle qui vous attend. 

Se tenir en retrait

Même si vous éprouvez une jalousie toute légitime, évitez autant que possible de vous positionner en concurrents des amis de votre ado. Ce ne sont pas des ennemis qui enlèvent votre enfant, mais au contraire, des piliers qui l’aident à se structurer. Alors, pour qu’il se construire sereinement, essayez de rester en dehors de ses relations amicales et de respecter son jardin secret.

Et pour vous rassurer, sachez que la plupart des ados choisissent généralement des copains qui partagent les mêmes valeurs qu’eux. Et aux dernières nouvelles, c’est bien vous qui les lui avez inculquées ! 😉 

Enfin, rester en retrait ne signifie en aucun cas disparaître ou couper court à toute discussion. Bien au contraire, le maintien d’un cadre et d’une communication non violente est indispensable pour que votre ado évolue dans les meilleures conditions possibles. Il doit pouvoir compter sur vous en cas de besoin et cela ne sera concevable que si vous lui avez prouvé que vous étiez toujours disponible pour lui.  

Et en cas de mauvaise fréquentation ?

C’est la hantise de tout parent et quand cela arrive, mieux vaut privilégier la communication (encore une fois !) plutôt que l’interdiction formelle de voir le copain en question. Idéalement, ne critiquez pas, ne jugez pas frontalement ledit personnage, mais essayez de l’inciter à réfléchir en échangeant avec vous : 

  • Qu’est-ce que tu aimes chez lui/elle ?
  • Qu’est-ce qu’il/elle t’apporte ?
  • Est-ce une amitié qui te fait du bien ?
  • Est-ce que tu as l’impression d’être toi-même quand tu es avec lui/elle ?

Votre ado pourra ainsi plus facilement faire le point et s’éloigner de la « persona non grata ».

L’entrée dans l’adolescence d’un enfant peut raviver des souvenirs et des fragilités chez certains parents. En cas de déprime, de sentiment de perte de contrôle total, d’irritabilité, il peut alors être intéressant de travailler sur soi. Pourquoi ne pas en parler avec un coach ou un thérapeute en visioconférence sur Zen-People LIVE ?

Leave a Reply