Spécial Coronavirus | SOS ! Comment gérer mes enfants, l’hystérie collective et la pénurie de papier toilette ?

Depuis le discours du président Emmanuel Macron vendredi 13 mars, la France est en émoi. Et peut-être que c’est également votre cas. Face au Coronavirus, les mesures prises sont fortes et parmi elles, la décision de fermer tous les établissements scolaires, de la crèche à l’université, peut donner des sueurs froides à n’importe quel parent.

Comment concilier télétravail et école à la maison ? Comment ne pas être à court de papier toilette (et de pâtes) ? Comment rester zen en cette période de crise sanitaire ? On vous propose quelques pistes dans cet article.

Comment s’organiser avec les enfants ?

La nouvelle est tombée vendredi : vos chers bambins ne peuvent plus reprendre la route de leur établissement scolaire à partir du lundi 16 mars, et ce, jusqu’à nouvel ordre. On inspire un grand coup, keep calm, tout va bien se passer. 

Un point sur l’arrêt de travail indemnisé

Parce que vous devez garder vos enfants à la maison, il est probable que vous ne puissiez pas aller travailler lundi. Heureusement, l’Assurance maladie a prévu de vous rémunérer pendant les 14 prochains jours (sans jour de carence) grâce à l’arrêt de travail indemnisé. 

Que vous soyez fonctionnaire, salarié dans le privé ou même indépendant, vous continuerez à percevoir une rémunération sous certaines conditions : 

  • Votre ou vos enfants doivent avoir moins de 16 ans ;
  • Votre ou vos enfants doivent être scolarisés en temps normal ; 
  • Votre entreprise ne peut vous proposer de télétravail ;
  • Un seul des deux parents peut en bénéficier.

C’est votre employeur (ou vous-même, si vous êtes votre propre patron) qui doit se charger des démarches en ligne sur Declare-Ameli.

Comment gérer télétravail et garde des enfants ? 

Help ! Vous passez en télétravail, mais devez aussi vous occuper de vos chérubins ? Ces quelques conseils peuvent vous aider :

    • On communique : ne laissez pas vos enfants sans explication. Rassurez-les si vous les sentez stressés ou angoissés. Mais rappelez-leur également que ni vous, ni eux, ne sont en vacances et que tout le monde doit continuer à travailler. 
    • On établit une nouvelle routine : pendant les semaines qui arrivent, toutes nos habitudes vont être chamboulées. Alors on prend le temps de créer une nouvelle routine avec des plages horaires de travail, de loisirs et de sieste pour les plus petits.
    • On travaille ensemble : les élèves de primaire, de collège et de lycée vont recevoir quotidiennement des exercices à faire. Il faut donc fixer des moments dans la journée où tout le monde pourra se concentrer sur son propre travail. Et bien évidemment, faites des pauses régulièrement.
    • On réfléchit à des idées d’atelier pour le lendemain : parce que les plus petits n’auront pas de devoirs, il va falloir les occuper. Et mieux vaut s’y prendre la veille pour le lendemain, histoire d’éviter tout stress. Prévoyez donc du coloriage, de la peinture, de la pâte à modeler, des jeux d’éveil et/ou de société, du DIY, du jardinage, de la lecture, des dessins animés, etc. 
    • On investit les grands frères et grandes sœurs : responsabilisez-les en leur proposant de s’occuper des plus jeunes dès qu’ils ont terminé leurs propres devoirs. Cela vous dégagera du temps pour travailler.
    • On profite des siestes : c’est le moment d’avancer dans les tâches qui vous demandent le plus de concentration. Les tâches plus légères pourront être effectuées lorsque vos enfants sont éveillés.

Et si c’était la période parfaite pour passer ensemble des moments de qualité ?

Il y a deux manières d’appréhender ces restrictions : 

  • Se raccrocher (sans succès) à notre ancien quotidien et stresser ;
  • Réfléchir au positif.

Alors pas de panique et profitons-en pour prendre un peu de recul. 

Plongés dans le quotidien, nous ne partageons que bien peu de moments de qualité avec nos enfants en fin de compte. Après tout, ils passent une grande partie de leur temps à l’école et nous, au travail. Aujourd’hui, en un coup de baguette magique COVID-19, toutes les cartes sont remises à plat. Nous nous retrouvons tous ensemble et il y a fort à parier que cela va resserrer les liens de toute la famille !

Alors peut-être qu’il faudra songer à une réorganisation de notre temps quand tout sera revenu à la normale…

Et si c’était le moment de laisser la solidarité nous contaminer ?

Le confinement est mis en place pour ralentir l’épidémie et protéger les personnes à risque. Oui, le Coronavirus peut s’apparenter à une grosse grippe (même si techniquement, c’est l’appareil respiratoire qui trinque). Oui, la plupart des malades s’en sont sortis. Mais il ne faut pas pour autant oublier celles et ceux qui sont plus fragiles. 

On peut avoir l’impression d’être seul, enfermé chez soi. Pourtant, la solidarité est partout. À travers tout l’hexagone, les gens s’organisent. Les voisins s’entraident. Les générations s’effacent pour faire front. Les mairies prennent de nombreuses initiatives pour ne laisser personne en difficulté.

Tous ensemble, nous sommes plus forts. Laissez-vous emporter par ce tourbillon d’entraide.

Logo Now-Blanc

Le développement personnel accessible sans limite

Retrouvez vos séances en développement personnel au format audio et vidéo, accessible dès que vous en avez besoin
NOW

Comment ne pas céder à la panique (et à la pénurie de papier toilette et de pâtes) ?

Face aux chiffres, toujours plus effrayants, de l’étendue de la contamination, la peur se fait plus présente et entraîne d’étonnantes réactions. Les rayons des supermarchés se vident, les gels hydroalcooliques et les masques ont disparu des pharmacies. Pourtant, il existe beaucoup de raisons de rester zen !

À lire : Comment gérer son stress ? 4 étapes pour être plus détendu

Comment gérer son stress face au Coronavirus ?

Calmer vos angoisses et gérer votre stress est essentiel en cette période de confinement. En particulier avec des enfants, véritables éponges, à domicile ! 

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

    • La méditation : cette discipline est parfaite pour vous recentrer sur votre respiration et apaiser vos pensées. Pratiquez-la quotidiennement pour en ressentir tous les bienfaits. Rendez-vous sur Zen-People Now pour une découverte en ligne avec un professionnel. 
    • La sophrologie : cette médecine douce, reconnue pour son efficacité en matière de stress, est particulièrement recommandée, que ce soit pour vous-même ou vos enfants. Eh oui, il existe même des séances (plus courtes et ludiques) pour les petits ! Retrouvez nos séances pré-enregistrées ou prenez rendez-vous avec un de nos thérapeutes pour en profiter tout en restant chez vous !
    • Le yoga : en alliant l’activité physique à la respiration profonde et à la méditation, le yoga va devenir votre parenthèse bien-être de la journée. En plus, les plus jeunes adorent tester les positions aux noms rigolos comme le chien tête en bas !

Comment gérer les courses ?

Sur les réseaux sociaux, les photos dignes d’un film apocalyptique circulent en masse : rayons désespérément vides, files d’attente incroyables pour passer en caisse, etc. Alors, faut-il vraiment paniquer à l’idée de manquer ?

La raison de cette cohue au supermarché est plutôt rationnelle : c’est un effet de mimétisme. En voyant les Australiens ou les Anglais se jeter sur certaines denrées, on se pose la question « ne devrais-je pas faire de même » ? 

Mais en réalité, les professionnels du secteur de l’agroalimentaire sont formels : la pénurie n’est pas près de s’installer sur le territoire français. Contrairement à d’autres pays comme l’Angleterre, des mesures ont été prises pour renflouer les stocks avant la panique. Alors, certes, il arrive que certains produits soient en rupture de stock, mais les rayons sont régulièrement réapprovisionnés par les centrales d’achat, qui elles, sont pleines. 

Vous pouvez donc remplir votre caddie comme en temps normal et dormir sur vos deux oreilles.

Et si c’était le moment de repenser notre quotidien ?

Cette crise sanitaire a un point positif : elle nous oblige (enfin) à lâcher prise. Après tout, nous ne savons pas quand tout ça va se terminer, si notre ville va être mise en quarantaine ou si le virus va muter. 

Le fait de perdre tous nos repères, de devoir réorganiser notre quotidien, d’être forcé de se poser nous permet de prendre un sacré recul sur notre vie. 

Alors, pourquoi ne pas tirer parti de cette situation en faisant le point sur ce qui nous anime, sur nos désirs profonds, nos valeurs, notre place au travail et dans la société ? Et si c’était le moment idéal pour tout ça ?