Cassiopée et Zen-People se rapprochent

Deux entités partenaires du présent pour l’avenir des praticiens.

Cet article a pour intention de partager nos échanges et motivations communes. Belle lecture !

Cassiopée et Zen-People : une jolie complémentarité

Ma première est une école de formation aux métiers de la thérapie holistique. Ma seconde est une plateforme Web de services liés développement personnel. Mon tout forme une rencontre naturelle entre la formation et l’installation. Interview croisée.

Zen People : Qui êtes-vous, Cassiopée ?

Institut Cassiopée : Nous sommes un institut de formation aux métiers de la thérapie holistique, fondée il y a 18 ans par Sandra et Olivier Stettler. L’enjeu de la thérapie holistique est de considérer le patient dans son ensemble, c’est à dire ne pas se focaliser sur les symptômes mais d’appréhender un individu dans son environnement, son histoire, son parcours de vie… Voilà pourquoi nous proposons une offre large et variée de disciplines complémentaires qui couvrent aussi les aspects corporels, émotionnels, mentaux… L’idée fondamentale, encore une fois, étant d’accompagner l’être dans sa globalité, quelle que soit sa problématique.

ZP : C’est votre spécificité ?

IC : C’est plutôt ce qui constitue notre ADN, le coeur de notre credo et de nos pratiques. Notre spécificité tiendrait plutôt à la façon dont nous intégrons le cursus de formation dans une perspective plus large.

ZP : C’est-à-dire ?

IC :  Nous pensons que la formation aux métiers du bien être ne doit pas se limiter aux gestes techniques. Cela n’est pas suffisant si on se projette dans une véritable démarche d’installation. Nous voulons véritablement former à un métier, et non à une seule acquisition de techniques.

ZP : Le tout dans un cadre.. idyllique…

IC: C’est vrai que nous avons la chance de nous trouver dans un lieu magique, mais ce n’est pas tout à fait un hasard. Des salles de formation lumineuses, des repas sains, des espaces verts : tout cela participe à la qualité de l’apprentissage. Là encore, c’est un tout, une globalité, qui fait que la personne qui passe le portail peut se détendre et se rendre disponible au travail d’apprentissage.

Zen-People raconté à Cassiopée

IC: Nous avons envie de vous renvoyer la question : qui êtes-vous Zen People ?

ZP :  Zen-people, c’est un peu la rencontre entre le monde du digital et celui du développement personnel. Nous croyons à l’importance du développement personnel, et nous trouvons important de le rendre accessible à tous, ou en tout cas au plus grand nombre. Dans cette optique, Zen-people se positionne comme un créateur de liens entre praticiens, clients, centres, écoles, avec une équipe de passionnés joyeuse et dynamique animée par des valeurs de bienveillance, de professionnalisme, de partage et d’humanité.

IC: Concrètement ?

ZP : Notre approche comporte deux entrées. Côté praticiens, notre objectif est de simplifier leur pratique au quotidien, en leur permettant de trouver des espaces, de développer leur clientèle, en facilitant les rencontres grâce à des services de booking, réservation et paiement en ligne, cabinet, visioconférence, annuaire… Côté grand public, Zen-people permet de trouver simplement des réponses adaptées à leurs besoins (partout en France*, dans un cabinet, à domicile ou en visioconférence, le tout en fonction de leur budget etc..). La recherche peut se faire en langage naturel ou par métiers, c’est très simple.

ZP : Vers quoi voulez-vous aller ? Quels sont vos axes de développement ?

IC : Notre objectif est de parvenir progressivement à la reconnaissance de ces nouveaux métiers, complémentaires de l’approche occidentale du soin. C’est pourquoi nous nous inscrivons dans une démarche de professionnalisation de ces métiers. Nous ne dispensons pas une formation de sophrologie, mais une formation au métier de sophrologue. Pour cela, il faut bien sûr acquérir les compétences liées à la discipline, mais également tout le savoir-être qui l’accompagne : une posture thérapeutique, déontologique, neutre…

IC: Et vous ? Quels sont les axes de développement de Zen People ?

ZP : Ce n’est pas à vous que l’on va apprendre l’histoire du colibri. Vous savez, le petit oiseau seul à s’activer pour éteindre un gigantesque incendie de forêt. Les autres animaux lui disent qu’il est fou, qu’il n’y arrivera jamais tout seul, et lui répond : “je sais, mais je fais ma part”. C’est un peu notre idée, notre projet, de penser que l’on peut participer à améliorer le monde en promouvant le développement personnel.

ZP : Pourquoi ce partenariat avec Zen People ?

IC : Vous l’avez compris, nous nous inscrivons dans une démarche concrète de reconversion professionnelle. Cela ne se fait pas en un jour : il faut compter en moyenne trois ans pour vivre de son métier. Cela veut dire qu’il faut mener son projet en véritable chef d’entreprise, avec des échéances, un prévisionnel… Pour bien mener cette transition, et rester serein dans sa pratique, c’est un véritable atout de pouvoir disposer d’un espace partagé, de qualité, durant les premières années. C’est intéressant bien sûr d’un point de vue économique, mais également d’un point de vue pratique : surtout au début, il est essentiel de pouvoir pratiquer dans un environnement d’échanges avec d’autres thérapeutes.

IC: On vous retourne la question… Pourquoi un tel partenariat ?

ZP : Tout a commencé par une rencontre humaine avec Sandra et Olivier. Nous avons beaucoup d’admiration pour cette école holistique, pour la bienveillance des gens et du lieu, pour la qualité de prise en charge des stagiaires… Ce partenariat, pour nous, c’est d’abord un état d’esprit commun, et ensuite une complémentarité de savoir-faire : une école à l’écoute de l’avenir de ses praticiens et une plateforme qui simplifie leur activité au quotidien.

ZP : Quelles sont vos attentes ?

IC : Nous souhaitons que ça marche ! Ce sont les retours de nos stagiaires qui nous diront si cela répond concrètement à leur besoin. Et pour vous ?

ZP : Prendre le relais de votre formation et permettre aux jeunes praticiens d’exercer sereinement leur métier, d’aller au bout de leur démarche de développement personnel. De leur permettre d’être heureux, quoi !

ZP : Comment envisagez-vous le développement personnel de demain ?

IC: Vous êtes bien placés pour le savoir : les objets connectés et la technologie vont s’installer de plus en plus dans notre quotidien. Le développement de l’intelligence artificielle aura forcément un impact sur nos métiers, des applications intelligentes vont pouvoir accompagner les personnes sur la voie de leur développement personnel. Ça ne remplacera jamais un thérapeute, mais cela peut aider un grand nombre de personne à tenter l’aventure. De notre côté, nous devrons comprendre et anticiper comment intégrer ces technologies à nos pratiques. Cela peut nous amener à redéfinir notre propre action en tant que thérapeute… Nous devrons, de toute façon, nous adapter. Mais, de facto, notre positionnement holistique nous place déjà dans la thérapie de demain. Vous partagez ?

ZP : Oui ! La digitalisation va probablement transformer ces métiers (visioconférence, intelligence artificielle, outils et services digitaux divers…) mais, comme toute transformation majeure liée au digital, elle va mécaniquement renforcer le besoin d’humanité, de rencontres, d’échanges, de partages… Nous pensons que le métier de praticien va conserver la qualité de ses échanges, humains et physiques, renforcés par un suivi régulier grâce au digital.

Mais au bout du compte, ce qui nous importe, c’est que le développement personnel devienne un réflexe dans la vie du plus grand nombre – et qu’il soit accessible simplement pour le grand public, pour toutes les bourses, à tous les moments de la vie, n’importe où dans le monde.

Découvrir Cassiopée – Formation aux thérapies du bien-être

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *